AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 all you need is looooove ♫

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: all you need is looooove ♫   Sam 18 Déc - 10:24


“ L'amour ressemble à ça : c'est quand on sent que rater quelqu'un serait rater sa vie. „

Beigbeder.


© made by tumblr.
― Matthew, Nathaniel; Wilson .

____________feat. Kevin Flamme



________20 ans ☞ Montréal; 12 novembre 1990☞ Anglaises ☞ Canadien
_____Journaliste ☞ Hétérosexuel ☞ Celibataire ☞ Heartless.


    ✄ Parles-moi d'amour.

« Bon, si vous pouviez me laisser la télé, ce serait cool. » Je m'emparai de la télécommande, bien décidé à changer de chaîne. « Noooon, change pas! Il va lui dire qu'il aime! » Mon regard passa de la petite amie de mon colocataire, affalée avec ce dernier sur le canapé, au feuilleton qu'ils regardaient. « Oh, Marylin, Marylin. Je t'aimerais jusqu'à ce que la dernière rose de ce bouquet ne fane. - Mais, Joseph... Cette rose est fausse! - Justement.  ». Beurk. Ce dialogue guimauve me donnait vraiment la nausée. Alors c'était ça l'amour? Des métaphores impossibles suivies par des baisers de cinéma? Même l'acteur ne semblait pas y croire. C'est facile de faire passer l'amour pour une chose merveilleuse, que tout le monde attend avec impatience. L'amour peut tout à fait être comme ça. Mais ce serait faire abstraction de la souffrance, des secondes, des minutes, des heures, peut-être même des jours entiers passés à se demander si l'on est bien avec la bonne personne. Parce qu'au fond, c'est ça l'amour. Un condensé de doutes, d'interrogations, de peurs, de déceptions, d'illusions. L'amour est un leurre. L'amour est un mensonge.


        ✄ Parles-moi de toi.



Dernière édition par M. Nathaniel Wilson le Dim 19 Déc - 5:00, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: all you need is looooove ♫   Sam 18 Déc - 10:25

    ✄ Montréal veut connaître ton histoire.




© tumblr


    1995« Dis papa? » Mon père n'avait pas réagi, son regard absent rivé sur la bouteille de whisky à moitié vide qu'il tenait à la main. J'avais insisté, lui secouant le bras jusqu'à ce qu'il lève mollement la tête pour me regarder. « Oui? » « Pourquoi t'es comme ça? Pourquoi tu ne souris plus? » « C'est à cause de ta maman. Elle m'a fait beaucoup de mal. » « C'est pas vrai, maman c'est une princesse! » « Les princesses sont méchantes. » Je n'ai compris que des années plus tard que mon père, Franklin Wilson, informaticien dans une grande entreprise, savait de quoi il parlait, et qu'il avait raison. C'est le cas de dire que ma mère, une superbe anglaise que l'on pourrait qualifier de volage, l'avait épousé uniquement sur un coup de tête. Lui l'aimait, à la folie, mais elle était jeune, et ne cherchait pas de relation sérieuse. Pour elle, le mariage n'était qu'une affaire de quelques mois, une expérience en plus à noter sur sa liste. Si elle est restée avec cet homme plus longtemps que prévu, c'était à cause moi. Certes, elle me choyait, et je n'ai jamais pu comprendre cette espèce d'adoration sans limites que je lisais dans ses yeux à chaque fois que je pénétrai dans une pièce. Elle m'appelait « son petit mari », et pour autant que je me souvienne, cette situation privilégiée m'avait toujours enchanté. Du côté de mon père, c'était à peu près la même chose, à un degré moins important. Jusqu'à ce que j'ai eu cinq ans. Le soir de mon anniversaire, mes parents ont eu une discussion. Une dispute serait le mot le plus adapté. J'écoutais, sans pour autant comprendre ce qu'ils se disaient, assis devant une part généreuse du gâteau au chocolat que j'avais tenu à cuisiner avec mon père. Les cinq minuscules bougies se consumaient sous mes yeux, mais j'étais trop effrayé par ces cris pour m'en soucier. Seul la dernière phrase de mon père m'avait marqué. Il avait murmuré, si bas que moi-même, placé à moins d'un mètre de lui, avait eu du mal à entendre. « Tu n'es qu'une menteuse, Lauren. » Il s'était levé, et nous avait laissés, ma mère en pleurs, et moi, l'attention focalisée sur la cire qui avait fondu sur mon gâteau.

    2000 ♦ Les années ont passé, sans qu'aucun autre événement de ce style trouble le cours tranquille de ma vie. Mon père agissait comme s'il ne s'était rien passé, même si je voyais bien que quelque chose en lui avait changé. Il me parlait, me regardait, me touchait comme si j'étais un étranger, comme s'il n'avait jamais partagé dix ans de sa vie avec moi, comme s'il n'avait pas été à l'origine de ma vie à moi. Cette situation, bien qu'étant passablement gênante, ne m'a jamais vraiment pesé, car à chaque fois que ma mère lui faisait remarquer sa distance et sa froideur à mon égard, il s'empressait de s'excuser en m'accordant tout ce que je voulais. A la longue, cette routine m'aurait ennuyé, si je ne l'avais pas rencontrée. Elle pleurait, toute seule, dans le parc, et je n'avais jamais vu quelqu'un pleurer ainsi, pleurer autant. Elle avait fini par lever la tête, sans doute sentant mon regard insistant sur elle, et je m'étais dit à ce moment là qu'elle était la fille la plus belle de la terre. Je m'étais approché, avec ma naïveté enfantine et mon sourire amical, pour essuyer les larmes qui mouillaient ses joues. « Pourquoi tu...tu pleures? » lui avais-je demandé d'une petite voix, après avoir laissé passer un bref silence dans lequel toutes les pensées et les émotions étaient contenues.
    Je m'attendais à ce qu'elle me demande de la laisser tranquille. Après tout, nous ne nous connaissions pas. Je ne savais pas moi-même pourquoi j'étais aller l'aborder, ayant peu l'habitude de parler à des inconnus, fussent-ils de mon âge ou non. Tout ce que je savais, c'est que quelque chose me reliait à cette fille, et apparemment, elle l'avait également ressenti, car après un moment de surprise où elle était restée tétanisée, elle m'avait tout raconté. Tout, absolument tout. J'étais resté assis, à l'écouter parler. C'était la seule personne qui m'avait accordé une confiance aveugle, et je lui en étais reconnaissant. Des minutes sont passées, peut-être des heures, je n'en ai jamais rien su. Le temps semblait ne plus avoir aucune mesure lorsque j'étais à ses côtés. Zephyr-Lou. Un prénom original pour une fille spéciale. Un prénom qui, pendant de longues années, m'avait empêché de sombrer dans une dépression profonde. Nous étions amis. « C'est fou, on dirait qu'il va l'épouser cette petite » avait un jour dit ma mère après m'avoir aperçu sortant de la maison pour me rendre à notre 'endroit secret', comme chaque soir. Je me souviens que mon père avait ri à cette réfléxion, puis avait secoué la tête en me lançant un regard lourd en sous-entendus.

    2005 ♦ On ne sépare pas l'inséparable. Mes parents m'ont pourtant prouvé que séparer l'inséparable est tout à fait possible, un jeu d'enfants. C'était un soir d'aout, et je m'appretais à rejoindre Zephyr dans la roseraie lorsque mon père m'avait interpellé. « Viens voir, il faut que je te parle. » J'aurais du me méfier. J'aurais du voir venir la nouvelle qu'il allait m'annoncer. J'aurais du... mais je ne l'ai pas fait. C'est pourquoi je m'étais calmement assis dans le fauteuil en face du sien. « Tu sais que je travaille dans une grande entreprise, et que j'ai toujours rêvé d'y occuper un poste plus important. » « Et alors? » « Aujourd'hui, ma chance s'est présentée. J'ai été muté. Nous allons vivre à Londres. » Cette dernière phrase m'avait sidéré, détruit. Nous allons vivre à Londres. Nous allons vivre à Londres. Londres à cinq mille deux-cent dix-neuf kilomètres de Montréal. Cinq mille deux-cent dix-neuf kilomètres de Zephyr. « NON! » « Je te demande pardon? » « Non, je n'irais pas. » « Je ne te demande pas ton avis, jeune homme. Tu viens, un point c'est tout. » « J'ai dit non, ok? Alors vous pourrez me demander, me supplier, me trainer de force dans votre putain d'Angleterre, je ne viendrais pas. » «  Matthew Nathaniel Wilson! Comment oses-tu parler sur ce ton à ton père? » Je n'avais pas vu ma mère entrer. Même sans regarder son visage, je savais qu'elle était aussi en colère que mon père. Elle ne m'avait jamais appelé par mon nom en entier. C'était toujours Matt, Nathan à la limite. Mais jamais, ô grand jamais, Matthew Nathaniel. Sans répondre, je m'étais levé, prêt à partir, lorsque j'avais entendu la voix sourde de mon père encore une fois. « Tu lui ressembles tant. » « Je ressemble tant à qui? » « A cet enfoiré qui est ton père! » Mon cerveau n'assimilait pas ses paroles. Encore moins les pleurs de ma mère, qui le suppliait de ne rien dire. « Je... C'est toi mon père. Non? » « Non. Je ne voulais pas te le dire dans ces criconstances, mais tu ne me laisse pas le choix. Ton père, c'est un con avec qui ta mère a couché après avoir trop bu! Je me suis juré de te haïr, Matt, de te rendre la vie horrible. Tu n'es pas mon fils, sache que tu ne le seras jamais. Mais tes yeux... Tu as les mêmes yeux qu'elle. Ce n'est que par amour pour Lauren que je me suis comporté en père avec toi. Alors pars maintenant, va dire adieu à ton amie, mais quand tu reviendras, je veux que tu fasses ta valise, sans discuter. » Il est sorti de la pièce, exactement comme dix ans auparavant, nous laissant seuls, ma mère et moi. Cette fois-ci par contre, c'était moi qui pleurais, et elle qui n'osait pas me regarder.
    Quelques jours plus tard, traversant l'Atlantique en avion, j'observais l'océan de nuages que nous allions traverser, tout en repensant à la promesse que j'avais faite à Lou. De revenir, et de ne pas l'abandonner.

    2009 ♦ J'étais revenu à Montréal, deux ans auparavant, ne supportant plus ceux que je devais appeler « parents » et mourant d'envie de revoir Zephyr. Mais je devais repartir. Il le fallait. Le fait était que je ne m'attendais pas à ce qu'elle ait autant changé. Et je m'attendais encore moins à ce que mon corps réagisse autant à se changement. Il m'était désormais vital d'être à ses côtés, de la voir sourire, rire, jouer de la guitare que je lui avais offerte, être heureuse, tout simplement. Je voulais plus que ce qu'elle consentait à m'offrir, et je me haïssais de la désirer autant. Ca ne m'aurait pas touché s'il s'était agi d'une autre fille, mais c'était le fait que ce soit Zephyr-Lou, ma meilleure amie que je connaissais depuis une éternité, qui rendait ce sentiment malsain. Et ça me faisait peur. J'allais finir par lui faire du mal, d'autant plus que je me sentais coupable de ne lui avoir rien dit pour mon père. Il fallait que je m'éloigne, que je la laisse vivre sa vie. Poussé par un élan de courage, je l'avais appelée pour lui donner rendez-vous au parc. Mais cette témérité avait fini par me quitter. Elle m'en voudrait. Énormément. Et je ne pouvais pas supporter de la perdre, elle aussi. J'ai attendu, ce soir là, longtemps. Et ce n'est que lorsque je fus sûr qu'elle était rentrée chez elle que je suis sorti, en direction de l'aéroport.







Dernière édition par M. Nathaniel Wilson le Dim 19 Déc - 4:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: all you need is looooove ♫   Sam 18 Déc - 10:28

    le scénario+kevin+le titre - ça y'est, je l'ai dans la tête maintenant. :ohhhhhhh:
    Bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: all you need is looooove ♫   Sam 18 Déc - 10:29

Bienvenue! Et je crois que c'est matt lanter sur l'avatar non? Si oui bon choix ;)
Revenir en haut Aller en bas
L. Soul Ever-Stone
    Admin ▬ MISS YOU why are you gone without me ?

avatar

► MESSAGES : 430
► PSEUDO : (f)sunny.

► MY BEAUTIFUL LIFE
► MON CARNET D'ADRESSE:
► MY PLAYLIST: AIRPLANES → b.o.b feat hayley williams
► MA CITATION: L'amour est fini quand il n'est plus possible de revenir en arrière.

MessageSujet: Re: all you need is looooove ♫   Sam 18 Déc - 10:29

    Y'en a une qui doit être tellement contente =p
    Je te souhaite la bienvenue et merci de ton inscription.

__________________

HATE ME, LOVE ME. Easy come, easy go. That's just how you live, oh. Take take take it all. But you never give. Should've known you was trouble. From the first kiss. Had your eyes wide open. Why were they open? Gave you all I had. And you tossed it in the trash. You tossed it in the trash, you did. To give me all your love. Is all I ever asked.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: all you need is looooove ♫   Sam 18 Déc - 10:33

    Merci à tous :calin:
    Alexander, c'est Kevin Flamme, mais c'est vrai qu'ils se ressemblent beaucoup avec Matt Lanter
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: all you need is looooove ♫   Sam 18 Déc - 10:37

Vu de côté j'ai vraiment cru que c'était matt lanter xd
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: all you need is looooove ♫   Sam 18 Déc - 10:38

    encore une fois, merci d'avoir pris mon scénario. I love you
    bienvenuuue :ohhhhhhh: ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: all you need is looooove ♫   Dim 19 Déc - 5:00

    Je pense avoir terminé ma fiche :chouuu:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: all you need is looooove ♫   Dim 19 Déc - 5:26

    ta fiche est absolument somptueuse et parfaite. I love you
    et puis la chanson et tout. :ohhhhhhh:
    je te valide avec grand plaisir. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: all you need is looooove ♫   Dim 19 Déc - 5:28

    Merci I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: all you need is looooove ♫   

Revenir en haut Aller en bas
 
all you need is looooove ♫
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► WHAT IF :: THE END :: nos bons souvenirs :: Anciens membres-
Sauter vers: